LA VIE SANS BISTROT NE MÉRITE PAS D’ÊTRE VÉCUE

14 - Février - 2021

Avec cette pandémie venue de l’Empire du milieu nous avons du accepter la fermeture des restaurants et aussi des cafés, ces lieux de culture à la française, de convivialité gastronomique et œnologique, ce parlement du peuple pour paraphraser Balzac.

Ne dit-on pas que c’est là que trouvent naissance les brèves de comptoir, les rumeurs, mais aussi les ruptures et les retrouvailles, ou l’on fête des heureux événements mais aussi les jours sombres autour d’un vin d’honneur à la sortie du cimetière. C’est aux bistrots qu’on refait le monde sur le zinc, où pauvres et riches, jeunes et vieux se mélangent. Le café, qu’il soit « de la gare », « du bon coin », « du marché » ou « du port » représente un microcosme social incomparable dans notre société.

Déjà, avant la Covid 19, nos troquets déclinaient à la vitesse grand V et les avis d’obsèques étaient nombreux, passant de 45 000 à 38 000 entre 2011 et 2016. Avec les faillites annoncées combien en restera-t-il à la fin de la pandémie ? Un bistrot qui ferme c’est le moral des français un peu plus en berne. Adieu la belle ambiance de Vincent, François, Paul … et les autres de Claude Sautet avec Michel Piccoli et Serge Reggiani. C’était en 1974, une autre époque.

Plus d’apéro, de petit café, plus de plaisanteries graveleuses autour de la serveuse du patron, de clopes grillées en terrasse, nos assistons impuissants à un effondrement anthropologique, en plus d’une casse économique et sociale. Aujourd’hui les clients sont tristes et les quartiers en deuil de leurs bars.

A cette heure des fermetures administratives pour une guerre que l’on dit sanitaire il ne nous reste plus que l’humour pour les évoquer, comme cette phrase partagée sur les réseaux sociaux : «Rendez aux athées leur lieu de cuite ». Le plus tragique de l’histoire est qu’entre 1940 et 1944, en dépit des bombardements et de l’occupant nazi nos cafés étaient restés et ouverts et aujourd’hui c’est un misérable virus chinois qui les a cloués au pilori, or le bistrot n’est pas un lieu de consommation comme un autre, il est un lieu d’échanges humains, de socialisation, cela va bien au-delà d’une vie sans mousse, café-croissant, chocolat chaud ou d’un petit verre de blanc.

Oui chers bistrots vous nous manquez, et lorsque la crise sanitaire sera terminée je me demande dans quels état nous serons les uns et les autres. A la réflexion une vie sans vous ne mérite pas d’être vécue, alors rouvrez vite et en attendant ce moment béni je trinque à notre santé commune qui nous est chère !

Jean-Yves Duval - DIASPORAVISION FRANCE

Commentaires
0 commentaire
Laisser un commentaire
Recopiez les lettres afficher ci-dessous : Image de Contrôle

DIASPORA VISION est un journal d'information généraliste en ligne qui traite des thématiques axées sur la diaspora africaine à travers le monde. DIASPORA VISION dispose aussi d’une plateforme video avec des journalistes reporters d'images.Information, film publicitaire, reportage événementiel, film documentaire, … Quels que soient vos projets, nous nous adaptons à votre demande.

Les clarifications de l'ONG Horizon Sans Frontières sur la réponse du Président Macky Sall ...

10 Avril 2021 1 commentaires
Comme des millions de Sénégalais, Horizon Sans Frontières (HSF) a écouté très attentivement votre discours lors de la conférence conjoint...
Demande de renseignement

Contactez nous au

0039/3405605498

ou